Archives de catégorie commerce de proximité

L’UNION FAIT LA FORCE, MERCI POUR CET ARTICLE !

LA PROPRIÉTAIRE D’UNE LAVERIE POSE DES QUESTIONS À LA MAIRIE DE REIMS…SANS RÉPONSE

Article du journal l’Union édition de Reims du 8 janvier 2022 Polémique dossier accessibilité laverie Speed Queen Reims St Remi

Pour rappel album photos du test accessibilité effectué sans souci ni danger par Charlène Marthon, en fauteuil handicapé manuel, avec son chien Marley sur les genoux https://www.flickr.com/photos/47688962@N07/albums/72157720221367481

Pour rappel mini-vidéo du test accessibilité effectué sans souci ni danger par Charlène Marthon, en fauteuil handicapé manuel, avec son chien Marley sur les genoux https://www.youtube.com/watch?v=ifGtF4qCOxU

Photos de la laverie Speed Queen Reims Saint-Remi montrant les 2 hypothèses de travaux pour porte automatique

Vue de biais de l’entrée de la laverie Speed Queen St Remi, du 13 esplanade Fléchambault, 51100 Reims
Vue de profil de l’entrée de la laverie Speed Queen St Remi, du 13 esplanade Fléchambault, 51100 Reims
Vue de profil de l’entrée intérieure de la laverie Speed Queen St Remi, du 13 esplanade Fléchambault, 51100 Reims. Preuve que les hypothèse de porte automatique à la place des portes doubles sur butées aimantées ne changent rien au ressaut nécessaire en intérieur pour compenser l’épaisseur de carrelage…

Hypothèse 1 travaux pour installation d’une porte automatique à la place des doubles portes sur butées aimantées de la laverie Speed Queen de Reims St Remi, avec réflexion sur la pose d’une porte automatique au ras des vitrines.

Cette hypothèse de travaux pour réaliser une porte automatique, entrainerait un démontage complet de l’enchâssement typique de l’architecture en chalet de l’esplanade Fléchambault, l’adaptation des vitrines actuelles ou leur remplacement pour pouvoir inclure le caisson technique de porte automatique, ajoutez les travaux électriques et de maçonnerie et bien sûr en plus du coût d’une porte automatique sur mesure, celle de l’entretien annuel qui se montait en 2021 à 600€ HT uniquement pour l’entretien, pas pour intervention de dépanneur si besoin.

Hypothèse 2 travaux pour installation d’une porte automatique à la place des doubles portes sur butées aimantées de la laverie Speed Queen de Reims St Remi, c’est à dire avec le recul de 32 cms entre le ras des vitrines et l’enchâssement autour des portes actuelles.

Hypothèse 2 avec réflexion sur la pose d’une porte automatique, au niveau des actuelles portes sur butées aimantées, avec déplacement latéral vers le pilier porteur qui est recouvert de miroirs, donc à protéger toute la zone pour ne pas créer de risque pour les clients, mais avec accès pour pouvoir dépanner ou entretenir. Changer le caisson d’aération actuel, qui est pour l’heure au dessus des doubles portes en verre. Uniquement possible en changeant en partie les vitrines actuelles. Inutile de vous faire plus de dessins, vous rajoutez toute la partie électrique, domotique, de maçonnerie, les travaux seraient très onéreux et très lourds pour une petite laverie de quartier.

Deux hypothèses de travaux impossibles à réaliser car :

  • La copropriété refuse que l’on creuse le sol pour risque d’instabilité des sous sols (caves et garage, parties collectives de la résidence Fléchambault
  • La laverie se trouve en secteur Unesco de la butte Saint Nicaise et Monument Historique avec vue directe sur la basilique St Remi de Reims, tous travaux relèvent donc avant toute chose de l’accord des architectes du Patrimoine, qui ont accepté le dossier comportant des portes doubles sur butées aimantées

EN RÉSUMÉ CONCERNANT CES DEUX HYPOTHÈSES DE TRAVAUX POUR PORTE AUTOMATIQUE :

Deux hypothèses techniques irréalisables, de par le secteur doublement protégé, les architectes du Patrimoine ayant validé la solution mise en place par ADULIE SASU, et pas une autre, pour préserver l’environnement de cet immeuble d’architecture ressemblant à des chalets, et par ailleurs l’interdiction de creuser le sol, inscrit dans le règlement de copropriété.

De plus, dans ces deux hypothèses de travaux pour porte automatique, ni l’une, ni l’autre, ne permettrait d’apporter de solution qui rattraperait, mieux que ne l’a déjà réalisé ADULIE SASU, le dénivelé entre le niveau de l’esplanade et celui de l’intérieur de la laverie. Ce ne serait donc pas plus « conforme »

EN CONCLUSION  DE CETTE HISTOIRE UBUESQUE D’UNE LAVERIE, ACCESSIBLE DANS LES FAITS, MAIS PAS POUR LA MAIRIE:

dessin d’humour de FARO sur les simplifications administratives (merci pour vos clins d’oeil quotidiens dans les petites affiches Matot Braine !)

L’exigence de la sous-commission est incompréhensible, sauf à vouloir faire de l’abus de droit, du harcèlement d’administré sur 3 ans et demi (déjà sur les autres dossiers de la 2e laverie créée en 2021 à Jean-Jaurès qui comporte pourtant là bas une porte automatique payée par le propriétaire).

Par ailleurs il est également anormal que la loi ESSOC, en vigueur depuis le 1/7/2021, ne soit pas appliquée ni sur ce dossier, ni au niveau national. Ce dossier comporte pourtant bel et bien une solution d’effet équivalent et permettant l’usage attendu, puisqu’il est démontré en photos, mini vidéos et témoignage d’une jeune femme en fauteuil handicapé manuel, avec son chien sur les genoux, que la laverie est accessible dans les faits.

Il est également anormal qu’au niveau national, les formulaires CERFA correspondant aux démarches pour les demandes d’autorisation de travaux, ou ayant trait à la nouvelle législation urbanisme et construction, disponibles en téléchargement, ne soient pas à jour de la législation en vigueur, sur les sites gouvernementaux et locaux, ne mentionnent toujours pas, depuis 7/2021, la loi ESSOC, les nouveaux articles du code de l’urbanisme, et possibilités d’apporter des solutions d’effets équivalents. La loi ESSOC est pourtant une réécriture complète de la législation sur l’urbanisme et l’aménagement qui apporte une vraie avancée.

Cette loi ESSOC est pourtant bel et bien entrée en vigueur pour permettre de réduire les délais de traitement de dossiers d’urbanisme et éviter des lourdeurs administratives.

Et ce n’est pas parce que les formulaires ne sont pas disponibles, que nul administré ne serait censé ignorer la loi, mais que les fonctionnaires territoriaux rémois et à tous niveaux l’ignoreraient et ne l’appliqueraient pas, et que dans leurs courriers de relance, dans leur communication aux journalistes, ces fonctionnaires territoriaux de la sous-commission accessibilité de Reims avanceraient qu’ils respectent la loi.

Ubuesque ! Alors que toute personne peut accéder à la laverie (en fauteuil, avec une poussette, un vélo, une trottinette, un caddie de courses, sans problème ni danger, ce depuis l’ouverture en septembre 2018 à la laverie, ADULIE SASU est menacée de fermeture ou d’amende, si elle ne donne pas ses bilans pour étude de disproportion financière, alors que la sous-commission refuse de répondre au courrier AR de la présidente d’ADULIE SASU daté du 2/12/2021.

De plus c’est le service communication qui a répondu au journaliste de l’Union, indiquant que « les services de la mairie attendent des documents spécifiques ». La déléguée Catherine Chopart a refusé de répondre, de même que le service urbanisme, et aucune réponse par mail courrier, téléphone, n’a été adressée à ADULIE SASU suite au courrier réponse au leur du 2/12/2021.

Quels « documents spécifiques » ?

Des bilans à étudier, sans savoir ce qui est exigé en travaux, pour chiffrer la disproportion financière ?

En attente de la réception du rapport de la personne de la DDT, qui, selon le courrier de relance de la sous-commission, que « Une personne de la DDT s’est rendu à votre laverie et a confirmé la faisabilité initiale d’aménager un accès conforme » ?

Rapport de visite et des observations faites par la DDT réclamé, mais jamais reçu par ADULIE SASU.

Cette visite a-t-elle eu lieu ? Le rapport n’est il pas envoyé parce que la personne de la DDT était seule ? Car dans un tel cas, ça pose problème, toute visite de local d’entreprise doit être faite par 4 personnes, et si l’une d’entre elle est absente, la visite et le rapport sont invalidés.

La partie du dossier de la laverie pour la sécurité incendie a été validée sans remarque, signe que le système de portes sur butées aimantées ne présente aucun danger ou risque de panique.

Le courrier de relance de la mairie de Reims du 17/11/21, signé par Catherine Chopart, déléguée à l’accessibilité, indiquait « si votre demande de dérogation économique est toujours d’actualité, vous devez impérativement me transmettre vos bilans et comptes de résultats pour que nous puissions retransmettre le dossier à la CCIT pour analyse ».

Ce à quoi ADULIE SASU, dans son courrier réponse du 2/12/2021, demandait, comme c’est son droit, à avoir accès au rapport de la personne de la DDT et à ses observations, afin de savoir si oui ou non ces observations entraineraient de maintenir ou pas la dérogation économique. Sauf qu’aucun rapport de la DDT n’a été communiqué et aucune réponse au courrier d’ADULIE n’a été apportée.

Comment dans un tel cas une analyse de situation économique peut elle être valable, par la CCIT qui plus est ? Alors que pour évaluer une disproportion financière, il faut évaluer d’abord les possibilités techniques, d’où ces descriptifs d’hypothèses techniques ci-dessus, puis les coûts financiers que cela entrainerait et les blocages (règlement de copropriété et décision en AG de copropriétaires, décision des architectes du Patrimoine…), et seulement ensuite les bilans permettraient de voir la situation passée. À cela il faut ajouter le contexte de l’emballement des coûts de matière première et de la construction qui ont pris entre 25 à 30% depuis l’été 2021 et par ailleurs l’augmentation de 30% des coûts de l’énergie, le plus gros poste financier avec l’eau dans une activité de laverie.

Pour évaluer une dérogation économique, seul le Préfet de la Marne, Pierre N’Gahane, est habilité à le faire, aucunement la CCI, surtout si c’est pour juste se contenter de faire cela à la tête de l’administrée que je suis, tête qui ne leur revient manifestement pas.

Par ailleurs ils me menacent de fermeture administrative, ou d’amende pouvant aller jusqu’à 45.000€. Pourtant une fermeture administrative ne peut se faire qu’uniquement après avis de la commission accessibilité et non de la sous-commission.

Ils sont en train de faire le mort aux services de la Mairie de Reims, en attendant la date butoir pour le délai à leur courrier de relance du 17/11/2021, pour pouvoir se contenter de publier un arrêté de refus d’autorisation de travaux, en prétextant qu’ADULIE SASU n’a pas donné ses bilans.

Il serait simple, et sans pointer leurs dysfonctionnements et pressions qu’ils exercent, qu’ils acceptent la solution d’effet équivalent mise en place par ADULIE SASU, solution qui fonctionne très bien et sans danger depuis 2018 ; à la suite de quoi dans un tel cas, ADULIE SASU retirerait sa demande de dérogation économique et le dossier pourrait être validé.

Car mine de rien, faire tous les efforts possibles, pour que tous les publics en fauteuils ou autres handicaps puissent accéder au local et aux services de laverie, et être sans cesse en proie aux tracasseries administratives et sans respecter la loi ESSOC, donc sans respecter la législation en vigueur, ras le bol !

Tous les clients précaires qui ont lu l’article de l’Union (ci-joint) sont inquiets. Ils me demandent comment ils vont bien pouvoir faire pour laver leur linge si ADULIE SASU doit fermer, soit suite à fermeture administrative, soit suite à amende que l’entreprise préférerait liquider l’activité pour non rentabilité, que continuer à être en proie aux traitements iniques des services administratifs qui pendant ce temps paient leurs salariés bien au chaud et sans risque.

Tous ces clients préfèrent ma laverie, car les 7 laveries de mon concurrent direct, et les 2 autres d’exploitants indépendants sont non accessibles aux fauteuils, certaines sont même sans chauffage, porte au large ouverte en permanence, des machines souvent en panne, avec un manque de protection des machines, avec des évacuations de buée de séchoirs au gaz au nez des passants, des marches non peintes contrastantes alors qu’on me l’impose etc etc etc.

Comment sont traités ces dossiers de mes concurrents ? Comment se fait il que c’est uniquement moi qu’on menace ?

Il y a une pente de très forte inclinaison sur toute l’esplanade Fléchambault où se situe la laverie, aucun palier de repos en vue, ça n’a pas l’air de gêner les services de la mairie. Ca a pourtant été la remarque de Charlène Marthon, la jeune femme en fauteuil  : « j’ai eu plus de mal à monter la pente de l’esplanade pour arriver à votre laverie que pour y rentrer, là ça a été simple et sans difficulté ».

Dessin d’humour de FARO sur la réforme urgente de l’Administration (merci pour traduire en dessins ce que nous pensons tous !)

Le 2 poids, 2 mesures, c’est cela le pouvoir discrétionnaire de l’Administration ? Ce n’est pourtant pas la définition de la loi égale pour tous, ni de ce que recouvre ce pouvoir dont j’ai lu la définition.

Je ne suis que locataire de ce local et que depuis 2018. Comment se fait il que le propriétaire n’a jamais eu l’obligation de mettre le local aux normes, ni la précédente locataire, mais que mon entreprise devrait se voir imposer des travaux de porte automatique en dépit du bon sens, vu les raisons énoncées ci avant ?

Ca a déjà mal commencé quand je me suis rendu au 1er RDV au service d’urbanisme, où j’ai demandé des détails pour remplir la partie des calculs de sécurité incendie et que tout le reste du dossier était déjà prêt avec ses annexes et imprimés en 4 exemplaires et que là les deux personnes qui m’ont reçue voulaient reprogrammer un RDV, alors que tout était bon à traiter, et en ajoutant « surtout ne l’envoyez pas par la Poste, sinon on va devoir l’étudier ». Du coup je l’ai envoyé en AR par la Poste, parce ça ne me semblait pas rassurant une telle réflexion.

J’aurais peut-être du accepter une série de RDV pour bavarder du dossier et faire ami-ami avec l’Administration, ma tête leur serait peut être mieux revenue…

J’ai créé cette entreprise pour faire grandir un projet économique porteur de sens et apportant un service de qualité et de proximité à un public en grand besoin d’un tel service.

Je ne me suis pas payée ni touché de dividende depuis 2018, préférant réinjecter l’argent pour créer une 2e laverie, là où il en manque dans le haut du quartier Jean-Jaurès, et pouvoir à terme embaucher quelqu’un pour m’aider, moi qui fait le ménage, l’entretien machines, la communication, le juridique, le service client, les petits dépannages, l’administratif et j’en passe, j’espère à 60 ans travailler jusqu’à 67 ans et pouvoir prendre une retraite bien méritée.

Mireille Ruinart, dirigeante de la LAVERIE SPEED QUEEN REIMS ST REMI
13 esplanade Fléchambault entrée tous publics
et 6 B rue Chanteraine côté parking et arrêt bus
51100 Reims

Site web LAVERIE SAINT REMI : https://laverie-reims.com
Visite vidéo à 360° de la laverie Speed Queen Saint-Remihttps://www.youtube.com/watch?v=HPmjUmyN6Sc

Images liées:

L’accessibilité de la laverie Speed Queen St Remi de Reims en débat :

test accessibilité laverie Speed Queen St Remi à Reims par Charlène Marthon, Miss Beauté Marne 2022
aucun souci pour accéder, aucun obstacle pour circuler, laverie accessible sur le terrain

Le service urbanisme de Reims est-il handicapé (sourd ou aveugle) ?

Voici la mini vidéo du test accessibilité de la laverie https://youtu.be/ifGtF4qCOxU test effectué par Charlène Marthon, Miss Beauté Marne 2022 en fauteuil non électrique, jeune femme petite et légère et avec son chien sur ses genoux. Elle parvient sans problème à accéder et utiliser les machines, la centrale de paiement de la laverie et ressortir sans difficulté de la laverie Speed Queen St Remi de Reims.

C’est super important car le service #urbanisme sous commission #accessibilité de la ville de #Reims menace de publier un arrêté de refus des travaux effectués pour l’accessibilité de Laverie Speed Queen Reims St Remi au 13 esplanade Fléchambault #Reims si sous 2 mois je n’ai pas donné mes 3 bilans à la CCI pour étude.

Or la demande des personnes du service urbanisme de la ville de Reims et de la délégation accessibilité, demande orale, jamais écrite, de travaux pour poser une porte automatique au lieu des butées aimantées sont disproportionnés financièrement. Suivant s’ils exigent une porte automatique en prolongement de la vitrine, ou en retrait de la vitrine, au niveau du tapis où on s’essuie les pieds, les travaux seraient différents et plus ou moins onéreux, vu en plus la flambée des matières premières de 25% ces temps ci la facture serait très très élevée.

Une laverie avec porte automatique, il n’y en a qu’une sur Reims, celle Laverie Speed Queen Reims #JeanJaures payée par le propriétaire. A #StRemi comme à #JeanJaures, l’entreprise de #laverie que Mireille Ruinart dirige est locataire.

Pourquoi l’ #urbanisme n’oblige pas le propriétaire du local commercial de St Remi à payer ? ou l’ancienne locataire jusqu’en 2018 ?

Pourquoi n’exigent ils pas que les autres laveries soient conformes à la réglementation ?

Pourquoi ont ils décrété que la zone où se situe le tapis est un « palier de repos » non conforme et que la partie après le tapis dans la laverie est considéré comme « une 2e pente non conforme » alors que c’est un ressaut pour rattraper la différence entre le tapis et le carrelage, ce qui est tout à fait accepté par la législation qu’elle soit de 2018 ou actuelle.

Les paliers de repos sont obligatoires pour des pentes fortes qui sont longues de 10m. La pente qui permet d’accéder à la laverie de St Remi fait 66,5 cm de long….

Si Mireille Ruinart donne les bilans de la laverie à la CCI (pourtant pas habilitée pour les étudier dans un tel cas, seul le préfet est habilité et ne peut déléguer la décision de dérogation financière), qui dit qu’ils vont bien étudier en fonction de la réalité de terrain, au vu de leur façon de statuer sur la réalité de terrain des travaux effectués qui offrent une solution d’effet équivalent, conforme à la législation en vigueur (Loi ESSOC).

Visualisez l’album photos https://www.flickr.com/photos/47688962@N07/albums/72157720221367481 du test d’accessibilité de la #laverie #SpeedQueen #St Remi à #Reims réalisé ce jour par Chacha Marthon Charlene Marthon – 3ème dauphine Miss Beauté Marne 2022 : comment une jolie jeune femme s’investit pour faire avancer le côté pratique de la Ville De Reims Reims #inclusive

Mireille Ruinart, dirigeante de l’entreprise ADULIE SAS de laverie Speed Queen Reims (de St Remi et de Jean-Jaurès) expose que l’accès de la laverie Speed Queen St Remi de Reims, est en visu de la basilique St Remi, secteur protégé monument historique, et butte St Nicaise secteur Unesco Champagne, et que le règlement de copropriété de l’immeuble interdit de creuser, ou modifier l’esprit chalet de l’immeuble.

Ceci dépend des architectes du patrimoine qui ont accepté la solution de doubles portes sur butées aimantées pour accéder à la laverie.

La pente que vous voyez sur la vidéo est bien de 66,5 cm de long avant de pousser les portes sur les butées aimantées, puis le tapis est inclus sur la zone où s’ouvrent les portes, puis un rattrapage de l’épaisseur du carrelage a du être fait. Ce ressaut, et non 2e pente, est à 2% d’inclinaison.

D’après la législation en vigueur qui a évolué vers la loi ESSOC depuis 1/7/2021, il est permis d’installer des solutions d’effet équivalentes. C’est donc conforme en réalité, puisque cela permet aux personnes en situation de handicap de passer en toute sécurité et d’accéder aux services de la laverie.

Comme vous le voyez sur la vidéo, cette jeune femme est petite et légère, avec un fauteuil non électrique et elle parvient à passer, d’après son retour d’expérience, sans problème. Sa réflexion a été : « j’ai eu plus de mal à circuler sur l’esplanade, qui est très en pente et sans palier pour se repose, que pour entrer dans votre laverie ».

Les portes peuvent se refermer en appuyant sur le bouton qui libère les aimants. Les clients peuvent décider de ne pas appuyer et téléphoner à Mireille Ruinart, au numéro affiché au mur à côté des portes, qui peut, grâce à l’application domotique, refermer les portes à distance.

Des poteaux lestés avec des rubans rouges sont là pour protéger les clients inattentifs, qui ne regarderaient pas à leurs pieds, et pourraient alors risquer de taper du pied sur une butée.

Alors, à votre avis à vous, est ce que la laverie Speed Queen est bien accessible comme le démontre Charlène Marthon ?

Je remercie chaleureusement cette Miss Beauté Marne 2022, par son implication pour cette démonstration test, et de montrer aux personnes en fauteuil qu’on peut être autonome pour aller à la laverie et en ressortir.

Mireille Ruinart, dirigeante d’entreprise de laveries désespérée par les lourdeurs administratives et les risques financiers encourus, les risques sur sa santé et le temps perdu, qu’ils lui font subir depuis 3 ans et demi

Images liées: